Archives par étiquette : Peintures

13e Salon de Printemps de Nieppe

Les oeuvres que j’ai choisies d’exposer au Salon de printemps de Nieppe ont comme thème commun le conte contemporain et écologique d’inspiration africaine : Le Lièvre et l’arbre à palabre.
Telles des enluminures, mes peintures et sculptures donnent voix à une flore et à un bestiaire fabuleux.

Avec Jean Louis Foulon, Carol Herbein, Magali Marmet

La poésie s’expose, la vie explose !

Depuis le 14 février 2017, quelques unes de mes peintures sont exposées à l’Illustration 18 rue Royale à Lille l’exposition s’intitule : « Couleurs et Légendes »

Peintures - Femme - Chimères - Animaux

Couleurs, liberté intérieure, contes, mythes et légendes sont au cœur de mes œuvres.
Peintures et sculptures font état d’un monde où l’imaginaire éclate dans toute sa singularité, révélant « passages » et sensibilité profonde à l’inconnu… Elles nous emmènent dans un ailleurs, apportent de l’étrange, du rêve, de la poésie, de l’inattendu et une autre vision du monde !

25 ème festival des jardins de Chaumont sur Loire | 03 Préparatifs

Les préparatifs de notre jardin pour Chaumont (site du festival) sont bien entamés. Et j’avoue que de mon coté c’est avec plaisir que je travaille avec des méthodes bien plus disciplinées qu’à mon habitude. En effet, tout doit s’insérer dans un contexte plus général et mes oeuvres doivent répondre à des critères de formats autant que de planning.

Voici en images les différentes étapes des préparatifs préliminaires ceux que j’ai menés seule dans mon atelier et ceux auxquels  j’ai participé avec Théophile sur différents endroits de la Briqueterie du Nord (site de BdN) qui nous accueille dans ses locaux pour construire l’arbre à palabre et certaines structures du jardin.

Mais c’est dans mon atelier que j’ai fait les sculptures qui animeront l’arbre à palabre.

Le pot araignée - Poterie - terre cuite - céramique

Le pot araignée

Le pot évoque la forme de l’araignée. Celle qui parle au lièvre, sous l’arbre.

Lièvre - Céramique - terra cotta

Le lièvre qui avec ses grandes oreilles glane les idées de culture et d’irrigation. Et enfin, ci-dessous, un pas à pas de la fabrication de l’un des éléphants.

Pendant que je faisais tout ceci, à Angers comme à la briqueterie d’autres préparatifs allaient bon train. Les plantes sont mises en cultures et les structures de l’arbres des bordures et des jardinières sont mises en chantier. J’ai pris les photos qui suivent sur l’un de ces chantiers.

D’abord récupérations des matériaux dans un endroit magique !

Ensuite réflexion devant une structure de jardinière. En arrière plan, des bordures en terre crue sèchent à la verticale, pour nous laisser de l’espace :

réfléchir - Terre crue

Puis action  :

Et enfin voilà !

Sur les photos c’est un peu abstrait, mais dans la réalité c’est drôlement impressionnant. Je n’ai pas les photos de tout ce qui a été réalisé mais il y a presque la totalité des éléments durs du jardin. Ils sont en kit pour pouvoir être transportés.

L’arbre portera des pergolas peintes pour que les visiteurs puissent s’installer à l’ombre et palabrer.

Pour completer ces pergolas il y aura des feuilles peintes elles aussi.

feuilles peintures

J’ai entendu aussi qu’en plus, il est bien possible, que le jardin abrite un banc balafon.
On peut suivre l’évolution du jardin sur sa page Facebook « Le Lièvre et l’arbre à palabre » et il y a des photos du jardin terminé en suivant ce lien…

 

Ecole buissonnière

Buisson - Paravent - Peinture sur carton - Nature

Un paravent en carton qui évoque des buissons colorés.
Il y souffle un vent d’école buissonnière lumineux et rafraichissant comme des vers d’un poème de Prévert :

« En sortant de l’école
nous avons rencontré
un grand chemin de fer
qui nous a emmenés
tout autour de la terre dans un wagon doré… »

Jacques Prevert

Buisson - Paravent - peinture sur carton - nature

Larry Caveney « Dark Side Of America »

Force est de constater qu’il est bien rare que je soutienne un discours artistique sociétal. Et bien, le travail de l’artiste américain Larry Caveney fait une exception !
Cela sans doute parce qu’il aborde le sujet du point de vue de l’image. Et, qui plus est, de l’image dans la culture américaine, ce qui n’est pas rien.

Comme l’ont fait et le font certains artistes du pop-art, il s’attaque au « soft power » pour nous faire ressentir ce qu’il a de pas si soft que ça, ce power là.
À la différence de l’incontournable Andy Warhol, qui créait de nouvelles icônes pop en photographiant des célébrités pour retravailler ces photographies en sérigraphie, Larry Caveney, de son côté, utilise des images déjà « icônifiées », déjà célèbres et adulées, comme prétexte à son travail. En cela, il se rapprocherait plutôt d’un Roy Lichtenstein… En effet, il utilise des images déjà connues, soit de personnages fictifs de propagande, comme Ronald McDonald ou Uncle Sam, soit de personnes célèbres devenues des personnages populaires : Lou Reed, Amy Winehouse.

Cela dit, il expose aussi à la galerie un étrange tableau, où figure un double portrait qui nous semble si familier qu’on cherche à identifier les célébrités qu’il représente. Mais pourtant, son point de départ, c’est une photo annuelle d’étudiants anonymes !
Il souligne de ce fait qu’une image peut être célèbre, alors que son sujet est parfaitement inconnu. Il attire ici l’attention sur une des caractéristiques de la culture visuelle populaire américaine, qui est de savoir créer des stéréotypes d’images qui sont devenus, eux-même, des images. C’est une mise en abîme vertigineuse, et Larry Caveney traite ce sujet avec une force désespérée qui nous a inspirée le titre de l’expo « Dark Side Of America ».

Larry Caveney - Exposition - France

Il est à noter que Larry Caveney fait de la peinture. Une très belle peinture avec une fameuse maîtrise technique. Son travail, à la fois gestuel et figuratif, utilise traits, couleurs, tâches et gouttes pour exprimer avec précision sa pensée et provoquer l’émotion.

La peinture de Larry Caveney nous fait ressentir l’aspect menaçant des images édulcorées, si séduisantes, qui inondent notre quotidien « multimédiatisé ». Images dont il a fait le sujet de son travail. Un travail touchant… comme une alarme.

Larry Caveney vit et travaille à San Diego en Californie.

Vernissage : jeudi 11 juin 2015 à 18h30 Galerie Blè d’Or Collection – 3, rue Charles Quint – Lille – France

Jubilation « s » à l’Illustration

 

Jubilations - bleue - Peinture

JUBILATION « S » à l’Illustration
La nouvelle exposition que je propose à l’illustration bar est pleine de cette belle énergie qui me traverse. J’y partage sous le titre de : – JUBILATION « S »- des éclats de rire et des éclats de voix, mais  aussi un flash de souvenirs : expression de visions embrumées ou même un peu sensuelles… une exposition sous le signe du plaisir !

Une photo de l’accrochage : personnellement, moi, sur une échelle je ne répondrais pas au téléphone mais certains sont plus intrépides que d’autres…

Richard au téléphone

Richard au téléphone !?!

Une vue du premier mur ! Le mieux est encore d’aller voir sur place à l’Illustration devant un petit café, ça le fait !

Vue d'ensemble d'un des murs

Vue d’ensemble d’un des murs

 

E.L.EM.E.N.T.S | Une exposition de Caroline Hofman

Cela faisait plus d’un an que j’avais le projet d’organiser une exposition du travail de Caroline Hofman à la galerie. C’est avec beaucoup d’intérêt que je suis depuis quelques années, l’évolution de cette jeune artiste prolifique et enthousiaste. Elle vit et travaille à Roubaix.

VernissageCaroH1

Caroline Hofman

 

Elle nous a proposé un travail qu’elle a intitulé E.L.E.M.E.N.T.S. Elle y réunit des oeuvres d’inspiration cosmiques.

Voici comment elle le présente :

ELEMENTS c’est une rencontre, une porosité en référence aux éléments des wuxing,
autrement dit les Cinq Phases (bois, feu, terre, métal et eau) qui constituent un concept important de la cosmologie chinoise traditionnelle. Les wuxing sont dans un premier temps conçus comme des substances naturelles dont on retient une propriété dynamique caractéristique pouvant servir à catégoriser métaphoriquement les objets et les phénomènes du monde naturel. Les processus d’écoulement sont dans la nature de l’eau. Le feu est lié au processus de combustion, le bois au processus de construction, le métal à la métallurgie, la terre à l’agriculture. La notion de wuxing qui a parfois été traduite par Cinq Éléments est conçue en réalité en Chine, comme cinq processus servant à catégoriser les procès naturels. Le terme de xíng qui est employé en chinois pour dénommer ces entités, signifie « marcher, aller, agir » et confirme donc leur nature dynamique. Ce dynamisme se traduit dans les échanges énergétiques au sein du corps humain et dans les lois qui régissent l’univers. Ce mouvement à la fois arrêté et continu est mis dans un écrin circulaire fait de jeux d’échelles et de matière. La peinture, le dessin et la photographie forment une dynamique triangulaire plus proche de la pensée occidentale. Les pièces donnent à voir autrement des éléments issus du quotidien ou encore la lettre, outil du language qui s’en va en expension fractale vers un ailleurs, entre le mandala et l’estampe, la calligraphie chinoise. Se crée alors un dialogue silencieux où le regard est invité à se poser, pour entrer dans l’espace au delà du visible. Entre’apercevoir cet espace entre les oeuvres et les murs de la Galerie Blé d’Or Collection auxquels elles sont accrochées…

metal - peinture

Métal

Série de 5 peintures, 2014 – acrylique, résine, encre, tondo de 40cm de diamètre.
La série s’imprègne de la roue des éléments de la médecine chinoise et du bagua zhang. (métal, bois, terre, feu, eau).
Matière et couleurs prédominent dans les compositions abstraites mais porteuses de sens. L’oeil entre alors dans le cercle pour une danse avec l’élément qui lui est associé.

Alpha

Alpha

ALPHA.2014
Dessin mandala sur kakemono tissu. 150 x 70 cm
Les Alphas réunis dans la figure de la perfection forment une matrice vibrante, entre Expansion, où la fin est à la fois le commencement, vers une dimension à la fois fractale et méditative du geste.

Paysage-blog

Paysage

PAYSAGES. 2014
Photographies
Bouteilles en verre glanées dans les montagnes polonaises.
L’homme a deserté le lieu pendant plusieurs décennies et la nature a repris ses droits. La végétation foisonnante trône au fond du verre, la terre a remplacé les parfums et les sodas industriels.
Faire de ce cycle des trésors mis à la vue, à présent balade entre l’infinimment petit et l’infiniment grand …

VernissageCaroH3

Le vernissage était à la fois passionnant et sympathique !

VernissageCaroH4

Début décembre, elle nous a donné une très belle performance musicale et poétique qui m’a laissée imprégnée des sensations de la terre et du vent.

Maggga aka Magali Choquel

Depuis début juillet Magali Choquel expose à L’illustration voici un extrait de la présentation qu’a ma demande, elle m’a transmise.

Son expo lui ressemble, fraiche et pleine d’élan, à voir jusque septembre

En plus, chaque toile vendue reverse 5% à la ligue contre le cancer et jusqu’en septembre 5% au projet   » girls on fire  » de 3 femmes pompiers d’Armentières

PETITS ÉCRIS SUR MAGGGA :

Par Magali Choquel, synthétiquement :

Mon travail consiste à représenter symboliquement le lien qui nous unit au monde, ou celui qu’il nous appartient d’inventer.
C’est par le prisme de la couleur, de ses métissages et de ses contrastes que je cherche à mettre en forme des émotions identitaires universelles, tissant le pluriel au singulier, le singulier au pluriel, vous invitant alors à la pensée… paradigme d’une poésie universelle.

Magali Choquel

Par d’autres :

« Le bazar coloré de Maggga se propulse, s’écoule sur la toile comme s’écoulerait un dessin de môme Son bad painting faussement naif est pourtant bien loin du jardin d’enfant. Jardin d’eden, jardin d’humain jardin d’enfer, les lignes de maggga s’entortillent en lignes de forces en lignes de failles. A la croisé des mondes, l’artiste nous ouvre de nouvelles perceptions. » Rollingman poète et slameur

« Des doigts de Magali
Des doigts de Magali s’envolent des oiseaux Des cerfs volants de sang en perles de crachat Et des fleurs omnivores abreuvées aux cheneaux Jardinière d’Eden sa main les détacha Des saveurs d’une menthe aux couleurs du piment Ma terreur délicieuse pieuvre ornée de rubis Basculant comme au soir de mes enivrements Maëlstrom azuré dans mon lit se creusant Contempler ce qui naît des doigts de Magali C’est sniffer une ligne allumée de Kerouac Dérouler le rouleau de la route en folie Visiter des planètes en un vaisseau foutraque Des doigts de Magali s’envolent des oiseaux … » FELIX BOULé . critique littéraire et poète

R.H.V. :
Radiographie d’une Horde de Valses
Réminiscences en hypothèses Voltaiques
Révolte Habitée de Visions
Réécriture pour un Hors-jeu Viscéral
Résistance de Haute Voltige
Récolte d’Heures de Vols
Royaume, Hacienda, Vecteur,
Résonnance, Hachures, Vrille,
Reliure, Habillage, Valises,
Recueil, Hectar, Voix,
-R-EPEINDRE, -H-ALETANT TOUTES -V-ERITES,
Reverse Home Vidéo by Maggga

Magali Choquel

LES SIXIEMES CONTINENTS :
 » Quand tu prendras la mer
Elle sera sémaphore
Quand tu verras la terre
Elle deviendra le port
Quand t’auras plus le ciel, elle sera ton étoile
Comme un point de lumière vient éclairer la toile

De peintures en dessins, on dessine nos vies
On s’ébat dans les seins, dans les seins on s’écrit
On crie tout notre amour à ceux qui n’entendent pas
A chanter sur les toits, sûr qu’on cherche sa voie

Elle fera couler ruisseau quand t’auras plus les armes
Quand tes yeux n’auront plus, oui, qu’à sonner l’alarme
Quand l’horizon devant ne sera que la plaine
Elle deviendra colline, elle deviendra la cime

quand tu chercheras trop, oui, à quoi tout ça rime
Quand t’auras tout vendu, ton âme et ta sublime
Elle te fera les gestes qui font les poésies
Et puis qui sait dedans, oui ce qui fait la vie

Qu’importe les chemins, que nous prendrons ensembles
Qu’importe sous quels cieux seront nos mains qui tremblent
Et puis si la vieillesse vient frapper à la porte
C’est qu’on aura vaincu ce temps qui nous escorte
Je serai avec toi combattant impossible
Je t’apprendrai à voir ce qu’on garde invisible
Et s’il faut que chaque jour je devienne soleil
Pour éteindre la nuit, pour éclairer ton ciel

Oui nous serons rois demain mon amour toi et moi
J’irai chercher de l’or pour chacun de tes doigts
Et quand les océans te monteront aux cils
J’irai au fond des mers du noir de tes pupilles
Et s’il faut que chaque jour je devienne soleil
Pour éteindre les nuits, pour éclairer ton ciel

Nous serons rois demain mon amour toi et moi
J’irai trouver de l’or pour chacun de tes doigts
Et quand les océans viendront noyer nos terres
Nous suivrons les printemps, nous suivrons la lumière

Oui quand les océans viendront noyer la terre
Nous serons le printemps, nous serons la lumière… » Damien.Saez

Maggga à son vernissage

Maggga à son vernissage

ALLÉGORIE POUR UN AVEU :
« tout le monde dit ça.. je voudrais dire autre chose »
Serge Gainsbourg.

Partage de poésie – 19 / 07 / 2014

Poésie - Peinture - Femme qui lit - Virginie IV fond bleu

Harmonie du soir

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige,
Un coeur tendre qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

                                               Charles Baudelaire

J’ai remarqué que bien souvent, quand j’ouvre un recueil de poésie au hasard, je tombe sur un texte qui reflète mon état d’âme du moment… Y compris quand je n’en ai pas ! Et dans ce cas il y a l’expérience du partage et c’est fascinant : la vie devient plus grande encore.